Blog

3 étapes pour aborder le changement sereinement



Comment aborder le changement sereinement ? Un improvisateur sur scène fait face à un univers en changement constant. On pourrait croire qu'il ne contrôle rien et qu'il subit sans cesse ce qui lui arrive puisqu'il ne peut rien anticiper. Or, s'il ne peut pas prévoir ce qui va arriver, il peut décider de la manière dont il va réagir aux événements sur scène, pour apporter sereinement des éléments constructifs.
Même chose dans nos vies: "Nous ne sommes pas toujours responsable de ce qui nous arrive, mais nous sommes responsable de ce que nous en faisons". 
Nous vous invitons aujourd'hui à découvrir cet article que nous avons choisi pour vous, rédigé par Eric Nicloux,


Par la perte de repères qu’il induit, le changement fait peur : face à lui, notre réflexe premier est la résistance.

Et pourtant, qu’on le veuille ou non, nous devons y faire face en permanence. Notre vie personnelle, sociale et professionnelle, le monde, le climat, la société dans laquelle on vit, le changement est partout. Il est donc de notre responsabilité, si nous voulons être heureux, d’apprendre à l’accepter et à l’accueillir avec confiance, pour ne pas en souffrir.

Attention ! Il ne s’agit pas, bien sûr, de vouloir toujours tout changer ! Lorsque vous êtes en parfaite harmonie avec votre vie, il faut savoir le reconnaître et l’apprécier. Quand tout semble en place, et que vous vous sentez parfaitement en phase avec chacun des aspects de votre existence, savourez votre bonheur, et faites en sorte qu’il dure le plus longtemps possible ! Mais si vous sentez que quelque chose « coince » dans l’un des domaines de votre vie, et que l’insatisfaction s’installe dans la durée, ayez une attitude ouverte et tentez de faire taire vos préjugés face à l’inconnu.

Il ne tient qu’à nous d’ajuster notre perception du changement : et si, au lieu de n’être synonyme que de peur et d’incertitude, il était aussi et surtout l’occasion idéale de faire le point sur nos envies, nos aspirations et nos rêves ?

Le changement est naturel, l’immobilisme ne l’est pas.

"Rien n’est permanent, sauf le changement"
Héraclite d'Ephèse

Quand on observe la nature, force est de constater que le changement est partout, et surtout permanent. Le soleil se lève, la lumière change tout au long de la journée, la météo évolue, le vent souffle, les jours, les semaines, les mois, les saisons, les années passent, la vie apparaît et disparaît sans cesse, la chenille devient papillon, et la plupart des animaux muent… En tant qu’élément faisant partie d’un écosystème, l’être humain n’échappe pas à cette loi de la nature : tout comme dans le monde qui nous entoure, chez nous aussi, le mouvement est permanent, et les évolutions constantes, tant sur le plan physique que sur le plan psychique.

Toutefois, par la façon dont nous avons construit nos sociétés, et donc nos vies, nous avons mis en place un système dont la finalité, louable, est de nous offrir stabilité et sécurité, mais qui peut parfois se retourner contre nous et nous donner la sensation que tout est immobile, pour ne pas dire figé. Un système dans lequel la plupart de nos choix devraient être définitifs. Comme si le doute et l’hésitation portaient en eux la plus terrible des menaces: celle de rater sa vie.

Idéalement, nous devrions nous sentir libres d’être curieux, de tâtonner, de nous tromper, de réessayer…

En réalité, nous le sommes. La plupart des limites que nous nous mettons n’existent que dans notre tête, bâties par un mental ayant pour mission de nous maintenir dans notre zone de confort, et sont empreintes de subjectivité, selon notre éducation, nos rencontres, nos expériences… Ce qui paraît impossible pour l’un paraît facile pour l’autre, et inversement. Toute la difficulté est de trouver l’équilibre entre ce que l’on désire aujourd’hui et qui est susceptible de nous convenir le plus longtemps possible d’une part, et de rester attentif à nos «mouvements» naturels, notre cheminement intérieur, de l’autre…

Car une situation absolument parfaite pour soi aujourd’hui, pour laquelle on s’est peut-être battu bec et ongles, sans ménager ses efforts, peut ne plus être la situation idéale de demain. (...) 


Pour découvrir cet article en intégralité,  Cliquez ici!